Etude sur les besoins en compétences dans les Biotechnologies Santé

Publication : 2011 – Organisme / Cabinet : Observatoire des métiers des entreprises du médicament/Leem/AEC Partners

Objectif de l’étude

L’objectif est d’actualiser les besoins en compétences Biotech Santé des entreprises et de définir les axes prioritaires Emploi et Formation pour soutenir l’évolution des compétences Biotech au cours des cinq prochaines années dans le domaine de la santé et du médicament.

Elle a permis la mise à jour de la première étude réalisée sur ce thème en 2005, et ainsi d’identifier les métiers, les compétences et les besoins en formation en biotechnologie santé, et d’évaluer les effectifs dans les entreprises de biotechnologies ayant une activité dans le secteur santé en France.

Elle permet également de définir les axes prioritaires du plan « Compétences biotech 2015 », visant à soutenir l’évolution des compétences Biotech au cours des 5 prochaines années.

L’ensemble des métiers des différentes familles a été étudié (R&D, Production, Commercialisation, familles “support”) ainsi que toute la chaîne de valeur des technologies biotech rencontrées dans le champ des entreprises du médicament.

Cette étude prospective, conduite par le cabinet AEC Partners, a été réalisée dans le cadre des travaux de l’observatoire paritaire des métiers des entreprises du médicament.

Par ailleurs, une étude prospective complémentaire emploi/formation biotech a été réalisée en Ile de France pour intégrer un périmètre plus large des technologies biotech, permettant d’inclure les entreprises adhérant au pôle de compétitivité santé francilien MEDICEN. Cette étude a été conduite dans le cadre d’un partenariat entre le Leem, MEDICEN et le Génopôle d’Evry, pour couvrir les besoins en compétences d’un scope de technologies biotech élargi à la médecine translationnelle, l’imagerie biomédicale, le bio-numérique, le dispositif médical et les “équipements lourds”.

Quelques chiffres

En 2010, un nouveau médicament sur trois est issu des biotechnologies.

En 2005, 400 entreprises de biotechnologies employaient 20 000 personnes en France: 55% dans les entreprises du médicament et 45% dans les PME de biotech.

En 2010, ce sont 500 biotechnologies santé qui rassemblent un effectif de 22 287 personnes. 63% se retrouvent dans les sociétés de plus de 250 salariés alors que les PME regroupent 37% des effectifs.

L’Ile de France reste la 1ère région en effectif biotech (34% des effectifs nationaux) avec un maillage important de PME de biotech (170 entreprises de moins de 250 salariés).

Les régions Rhône-Alpes (26,8% des effectifs), Alsace (10,7%), Centre (4,2%), PACA (4,1%), Nord-Pas-de-Calais (4%) et Midi-Pyrénées (3,6%) se démarquent assez nettement, bénéficiant de la présence de pôles de compétitivité régionaux très actifs.

Résultats de l’étude

La mise à jour de l’étude, confiée à AEC Partners, a couvert tous les métiers de la chaîne de valeur du médicament au sein de trois types d’acteurs (les laboratoires mixtes « Chimie-Biotech, les sociétés biopharmaceutiques et les PME de biotech) et autour des différentes technologies utilisées aujourd’hui en Biotechnologies santé : la Génomique, la Biologie des Systèmes, les Nanotechnologies, les Thérapies Cellulaires, les Bio-Marqueurs, les Protéines Recombinantes et les Vaccins.

  • L’étude a permis d’identifier trois facteurs clés d’évolution qui conditionnent les besoins en compétences Biotech : la maturité des différentes technologies, les nouvelles approches en R&D et les besoins des différents types d’entreprises.
    • 1er facteur: le niveau de maturité des différentes technologies conditionne l’évolution de compétences en R&D et en production
      Ex: Les protéines recombinantes nécessitent des connaissances en transfert industriel, production, contrôle qualité, assurance qualité et affaires réglementaires.
    • 2ème facteur: le développement de nouvelles approches en R&D accélère les phases précliniques et cliniques et nécessite une véritable interdisciplinarité Ex: La biologie systémique, la médecine personnalisée et la recherche translationnelle exigent de travailler davantage en mode transversal en mixant les disciplines et en optimisant les interfaces
    •  3ème facteur: en parallèle, les besoins en compétences sont aussi liés aux enjeux et à la dynamique propre à chaque profil d’entrepriseEx: Les PME Biotech, positionnées principalement en R&D, doivent renforcer et acquérir certaines compétences non scientifiques : gestion, business plan, business développement, propriété intellectuelle, brevets, contrats de consortium…
      Ex: Pour les sociétés mixtes « Chimie-Biotech » en production, le virage vers les biotechnologies nécessite la reconversion des salariés des sites chimiques vers les sites de bioproduction.

 

 

Plan « Compétences Biotech 2015 » : les nouvelles actions identifiées

Aujourd’hui, les entreprises du médicament et leur Observatoire paritaire des métiers s’engagent dans un nouveau plan à 5 ans pour renforcer la compétitivité des ressources humaines en Biotechnologies Santé en France, en proposant notamment des rapprochements Industrie-Universités, au travers d’actions de communication, de projets collaboratifs en matière de formation, et en déclinant une partie du plan d’action au niveau régional avec le soutien des pôles de compétitivité.

– Action 1 : Communiquer les référentiels des métiers Biotech par famille auprès des enseignants et des étudiants et au sein des entreprises afin de développer les modes de

travail transversaux et de mieux savoir gérer ses interfaces et auprès des enseignants et des étudiants pour que les parcours de formation soient mieux adaptés et que les étudiants définissent leur projet professionnel au plus tôt.

– Action 2 : Réaliser un projet pilote de collaboration université-industrie pour devenir leader européen en formation pour la Biologie des systèmes

Un projet pilote de structuration des cursus et de collaboration université-industrie permettra d’aider à décloisonner l’enseignement, d’innover dans les modalités d’enseignement pour s’approcher des conditions réelles de travail en R&D et en production.

– Action 3 : Ajuster les ressources aux besoins grâce à la fonction de Médiateur Formation à développer en région en appui des pôles de compétitivité

Le médiateur formation devrait permettre l’adéquation entre les besoins des entreprises et l’offre en termes de ressources humaines, de formations. Il pourrait être mis en place localement, sur chaque bassin d’emploi.

– Action 4 : Relancer le plan de formation continue des salariés Biotech à la culture business et gestion de projets

L’enjeu est de redynamiser et de poursuivre le déploiement des programmes de formation continue créés en 2005 destinés aux salariés des PME Biotech (plus de 500 salariés formés depuis 2005).

 

Téléchargeable ici