Chargé de R&D en médecine translationnelle


Le chargé de recherche et développement réalise des travaux d'études dans le cadre d'un projet défini, dans le respect de la réglementation et des règles d'hygiène et sécurité.

Autres dénominations
■ Chargé d'études ■ Ingénieur de recherche / développement ■ Chargé de travaux scientifiques ■ Chercheur
 
Activités
clés
Compétences
clés
Profil de
recrutement
Passerelles
métiers
Formations
recommandées
Formations
possibles
Secteurs
concernés
Evolution
métiers
Activités clés

Elaboration d'un cahier des charges avec l'aide du groupe pluridisciplinaire, dans le respect d'un planning et d'un budget qu'il propose.
Conception et réalisation d'expériences scientifiques / technologiques
Définition des protocoles, des moyens matériels et des méthodes de ces expériences
Analyse et interprétation des résultats de ces expériences scientifiques ou technologiques
Rédaction des procédures, des hypothèses de recherche et des modèles
Contrôle de la cohérence des résultats des expériences par rapport aux hypothèses
Rédaction de rapports et publications d'études scientifiques/technologiques
Présentation des résultats des études en interne et en externe
Réalisation de la veille scientifique et/ou technique
Identification de nouvelles pistes scientifiques et techniques au cours des expériences
Conception et transmission de méthodes et résultats innovants susceptibles de valorisation au titre de la propriété industrielle
Supervision technique des activités sous traitées
Elaboration et respect des planning et budgets validés
Participation, le cas échéant, à l'établissement des dossiers de marquage CE
 

Compétences clés

Capacité à :

  • Analyser de manière critique et synthétiser les données et résultats obtenus, le cas échéant à l'aide de logiciels informatiques ou d'outils d'analyse
  • Modéliser un système (vivant ou fabriqué)
  • Formaliser des procédures
  • Identifier et diagnostiquer les dysfonctionnements et/ ou les anomalies et proposer des solutions pertinentes
  • Comprendre les contraintes et les fonctionnalités bio-médicales attendues
  • Etre force de proposition afin d'anticiper, de rester à niveau et d'améliorer les techniques de recherche
  • Communiquer par oral et par écrit de manière claire sur le déroulement et sur les résultats d'une étude
  • Intégrer les contraintes réglementaires, budgétaires et les bonnes pratiques
  • Travailler en mode projet et dans une équipe pluridisciplinaire
  • Piloter des sous-traitants
  • Maîtriser l'anglais technique / scientifique
  • Concevoir des modes opératoires en adéquation avec les protocoles de recherche
  • Détecter de nouvelles pistes de recherche au cours des expériences scientifiques/ technologiques

 

Compétences spécifiques en médecine translationnelle

Il n'y a pas de disciplines spécifiques à la médecine translationnelle car il s'agit avant tout d'un état d'esprit et d'une démarche. Il est fondamental de maîtriser les compétences clés permettant de favoriser une démarche translationnelle pluridisciplinaire centrée sur le malade. Dans cette perspective, des connaissances et compétences particulières sont importantes :

Connaissances « intégratives » en biologie et en médecine (par ex. physiologie, pharmacologie et physiopathologie)
Connaissance du processus de recherche et développement, notamment les facteurs clés de succès du développement des produits thérapeutiques, diagnostiques et des dispositifs médicaux
Outils méthodologiques (par ex. biologie intégrative, modélisation, biostatistique, bioinformatique, méthodologie de l'évaluation préclinique,…)
Méthodologie et organisation des essais cliniques
Les bases de la réglementation des produits de santé
Les concepts de base en toxicologie, pharmacovigilance et gestion du risque
Les principes de base en économie de la santé
Les différents aspects de la valorisation
La connaissance des entreprises et des principaux marchés
La maitrise des « soft skills » comprenant notamment le management, la communication, le management de projets…
 

Profil de recrutement

Médicament vétérinaire, Diagnostic in vitro :

  • Bac +5 en sciences de la vie,
  • Vétérinaire,
  • Biologiste

Médicament à usage humain :

  • Bac +8 en biologie ou chimie
  • Technologies médicales et dispositifs médicaux, Dispositifs de soins médicaux, Diagnostic in Vitro, Optique :
  • Ingénieur électronique, mécanique...
     

Formations complémentaires

Diagnostic in vitro, Technologies médicales et dispositifs médicaux, Dispositifs de soins médicaux,Optique :
Formation en biologie complémentaire à la formation technique et inversement
 


Expérience demandée :

Le métier de Chargé de recherche et développement est accessible aux débutants.


Passerelles métiers

Chargé de recherche dans une autre spécialité
Attaché de recherche clinique
Assureur qualité R&D
Documentaliste scientifique
Responsable de la veille scientifique et technique
Responsable de la documentation scientifique
Formateur/ assistant technique

Vers d'autres familles professionnelles :
Responsable contrôle qualité
Chargé d'études épidémiologiques

 


A plus long terme (avec formation complémentaire le cas échéant) :
Responsable d'équipe de recherche
Responsable de laboratoire
Responsable des études pharmaco économiques
Responsable brevets
Acheteur
 

Formations recommandées
Secteurs concernés

Spécificités sectorielles

Médicament à usage humain et vaccin et médicament vétérinaire : Etudes sur des molécules et des mécanismes biochimiques
Diagnostic in vitro : Etudes centrées sur des mécanismes biochimiques, la mise au point de nouveaux tests, de technologies d'analyses et / ou leur intégration dans un systéme complet
Technologies médicales et dispositifs médicaux, Optique : Etudes sur des matériaux et matériels
 


Evolution métiers

La France se doit, plus que jamais, d’affirmer sa position sur des marchés à forte valeur ajoutée et à fort potentiel de croissance (vaccins, imagerie, microbiologie, tests de diagnostic…). La recherche en est fortement impactée et doit intégrer dès le départ une dimension médico-économique prépondérante : quels bénéfices pour la santé ? A quel coût ?

Dans la recherche de demain, les chercheurs sont hyperspécialisés. Mais en même temps il sont amenés à travailler avec des chercheurs d’autres spécialités sur des projets complexes.

Les équipes doivent plus que jamais apprendre à travailler en réseau et à l’international, développer un langage commun et savoir travailler avec des salariés issus de tous types d’environnements, de cultures et de pratiques différentes (startup, universités, hôpitaux, acteurs publics, prescripteurs, patients...). Ce nouveau contexte nécessite de développer son leadership, sa capacité à expliquer et à défendre un point de vue face à une diversité d’interlocuteurs, à travailler en mode collaboratif L’impératif de rentabilité et d’efficacité des projets de R&D conduit également à renforcer les compétences en gestion de projet : planification, suivi des livrables intermédiaires, maîtrise des ressources engagées, anticipation des dérapages de calendrier et de coût…

Informations métiers

Le chercheur intègre sa propre expertise au sein d'une équipe multidisciplinaire pour stimuler l'innovation au bénéfice du malade et de la santé publique


Date de dernière mise à jour : 25/03/2016