Vidéos témoignages : les jeunes parlent aux jeunes

 

Cliquer pour visionner son témoignageMedhi Belbachir, responsable de production stérile

Mehdy Belbachir a effectué une formation en alternance avant de devenir Responsable de production stérile. Il garde un très bon souvenir de son expérience : il était véritablement considéré comme un cadre, avait un rôle important dans l’entreprise, et sa rémunération lui a permis de continuer ses études sans cumuler de petits boulots.Attention cependant, l’année en alternance n’est pas une année de vacances : il s’agit à la fois de suivre les cours et de réussir ses examens, tout en respectant les délais imposés par l’entreprise. Après sa formation, Mehdy Belbachir a été embauché dans son entreprise, ce qui lui permet ainsi de rester dans la continuité de son apprentissage. Aujourd’hui dans une PME qui lui accorde sa confiance, il gère une équipe de 13 personnes, une responsabilité rare pour un jeune de son âge.Son conseil ? Sauter le pas et profiter de l’opportunité unique de travailler pendant un an !

 

Cliquer pour visionner son témoignageJean-Christophe Apied, apprenti « Chef de Projet Affaires Réglementaires Oncologie – Hématologie »

En 6ème année de pharmacie et après un Master en parallèle en affaires réglementaires des industries de santé, Jean-Christophe Apied est actuellement en alternance. Son métier consiste à s’assurer que toutes les étapes du cycle de vie du médicament soient en respect avec la réglementation.Il s’est dirigé vers cette voie car la pharmacie permet d’accéder à des métiers très différents, et qu’il observe une grande diversité dans les missions qui lui sont proposées : il travaille aussi bien avant l’autorisation de mise sur le marché (AMM) qu’en post-AMM (lancement des produits, contrôle de la qualité…) ou en fin de vie du médicament (l’expiration du brevet et les médicaments génériques).Sa formation en alternance lui permet de vivre ces missions très transversales sur un an, de bénéficier des formations internes à l’entreprise, et de continuer ses études à l’Université. Son conseil ? Ne pas hésiter !

 

Victor Hervieu, ingénieur SAV

Victor Hervieu est un bricoleur : depuis tout petit, il aime monter, démonter et réparer des machines. En tant qu’Ingénieur SAV, il se rend tous les jours dans des hôpitaux ou des centres de soin pour réparer les produits vendus par son entreprise, ce qui lui permet de rencontrer des biologistes, des techniciens de laboratoire, des chirurgiens…Après son bac technologique et son BTS, il s’inscrit à l’ESTBA, attiré par la formation et la possibilité de faire une alternance, qui lui permet de rendre concrètes ses études, et de toucher une rémunération. Il est très satisfait de son expérience, notamment car le regard de ses professeurs a changé : il n’est plus simplement un étudiant, il est déjà un professionnel, ce qui permet d’enrichir les échanges. Il est très satisfait de travailler dans une PME, ce qui lui apporte polyvalence et contact humain.Son conseil ? L’alternance, il faut essayer !

 

Cliquer pour visionner son témoignageCyrielle Pottier, apprentie contrôle qualité

En tant qu’Apprentie contrôle qualité, Cyrielle Potier est chargée de la mise en conformité des activités de gestion documentaire de son laboratoire pharmaceutique. Elle apprécie tout particulièrement la dimension “gestion de projet” de son travail : son expérience en apprentissage lui permet d’en découvrir toutes les facettes, de la compréhension du projet à la définition des objectifs et du planning.Elle a trouvé son contrat d’apprentissage via la bourse de l’emploi du Leem, et ne regrette pas son choix d’une formation en alternance : échanges plus constructifs avec l’enseignant, plus de temps pour s’intégrer dans l’équipe, possibilité de réaliser des projets à long terme, des vrais plus par rapport à une formation classique.Son conseil ? Réaliser sa thèse en parallèle de son alternance dès la 5ème année de pharmacie.

 

Cliquer pour visionner son témoignageDahla Nini, chargée de pharmaco

Souhaitant travailler dans le domaine de la santé, Dalila Nini accorde une place importante au bon usage du médicament. C’est donc naturellement qu’elle s’est tournée vers le métier de Chargée de pharmacovigilance, qui consiste à contrôler la tolérance des patients aux médicaments fabriqués et commercialisés par son laboratoire pharmaceutique.Sa formation en alternance lui permet de mettre un pied dans la vie active, et de concrétiser l’enseignement au sein de l’entreprise.Son conseil ? Il faut profiter de l’alternance pour acquérir le maximum de compétences et étendre son réseau professionnel.