Un Serious Game

 

  • Nom : Un serious game piloté par le LEEM pour faire connaitre aux jeunes ses métiers
  • Pour Jouer : http://www.pharma-war.leem.org/
  • Date : Septembre 2014
  • Action : Le LEEM pilote le premier serious game destiné aux jeunes et conçu comme un outil de communication ludique et pédagogique sur les métiers de l’industrie pharmaceutique.

 

pharma-war

En résumé…

Les métiers de l’industrie pharmaceutique touchent à la fois à la santé, à l’entreprise et aux questions économiques ; des métiers spécifiques et complexes qui s’appliquent à de nombreux contextes. Pour mieux faire connaitre ce secteur aux jeunes dans le cadre de leur orientation professionnelle, le LEEM se dote d’un outil de communication performant : le serious game.

Déroulement

A travers ses nombreuses actions de communication, le LEEM s’assure de faire connaître aux étudiants et aux personnes qui vont être amenées à travailler dans les entreprises les formations et les métiers de sa branche professionnelle. Pour cela elle déploie un certain nombre de brochures, de films ou d’interventions sur des salons métiers. Des outils « classiques » qui méritaient d’être accompagnés d’une action plus innovante. « Il est apparu qu’il fallait aller plus loin et être en capacité d’intéresser les jeunes par la mise en situation proactive sur nos métiers afin qu’ils aient une capacité de s’approprier les métiers et de prendre l’information sur les formations correspondantes. » constate Thomas Clochon, Chargé de projets RH au Leem. Face à des jeunes toujours plus connectés et de plus en plus sensibles à un apprentissage ludique, le serious game, un jeu en ligne à visée pédagogique, est devenu une évidence pour capter l’attention des jeunes.A la croisée entre le ludique et la connaissance des métiers et d’un secteur, le principe de ce serious game vise à explorer les quatre univers emblématiques de l’industrie pharmaceutique que sont la recherche, le développement, la production et la commercialisation. Basé sur un scénario catastrophe, le joueur est chargé d’une mission, celle d’éradiquer un nouveau virus dévastateur, inconnu à ce jour et qui décime les populations. Le principe du jeu consiste donc à trouver les bonnes personnes et à s’entourer des bons métiers pour mener à bien tout le cycle de vie de ce médicament qui apportera une réponse thérapeutique au virus.Développé par Interaction Healthcare, une agence spécialisée dans le développement de serious games dans le monde de la santé, ce jeu sérieux qui verra le jour en septembre 2014, est également suivi par un comité de pilotage au LEEM pour les questions liées à la sécurité du médicament et les orientations scientifiques. « Il faut qu’il y ait une dimension scientifique mais également que ce jeu soit suffisamment vulgarisé pour parler à tout le monde » insiste Thomas Clochon.

Dès sa sortie, le jeu constituera un élément central de l’importante stratégie de communication sur les métiers que mènera le LEEM au cours de l’année à venir. « Ce sera un grand vecteur de communication qui sera relayé sur les réseaux sociaux, auprès de nos partenaires, de nos étudiants, etc. » explique Thomas Clochon. Mis en ligne sur le site de l’Institut Virtuel des Métiers et des Formations, le portail d’information des industries de santé auprès des jeunes (imfis.fr), le serious game fait également l’objet d’un partenariat avec l’éducation nationale qui le relaiera à travers ses réseaux d’éducation mais également d’orientation professionnelle.

Objectif

Le serious game de l’industrie pharmaceutique livrera à la fois un scénario divertissant pour attirer l’attention des jeunes et une visée pédagogique pour informer sur les métiers du secteur. Pour les jeunes qui suivent des cursus de formation orientés santé et qui se posent des questions sur les métiers de l’industrie du médicament, le serious game apportera de vraies réponses. « Nous sommes sur une industrie très compétitive et à valeur ajoutée, il faut vraiment qu’il y ait une notion de choix et d’adhésion des personnes qui s’orientent vers l’industrie du médicament. » précise Thomas Clochon qui prévoit d’utiliser le serious game lors de forums ou en préambule de forums pour susciter questions et remarques et rendre ses présentations plus interactives. Un jeu qui pourra également faire l’objet de défis en ligne, ce qui risque fort de susciter l’adhésion et l’engouement des futurs joueurs.