Licence / Master Science et technologies de la santé (TECSAN)

  • Région : Aquitaine
  • Adresse : Université Bordeaux Segalen – 146 rue Léo Saignat – 33076 Bordeaux cedex
  • Action innovante : un parcours d’excellence « à la carte »

En résumé…

Proposés par l’Université de Bordeaux et élaborés en partenariat avec les Entreprises du médicament (Leem), la licence et le master TEChnologie de la SANté (TESCAN) visent à former des professionnels « hightech ». Parcours d’excellence, le dispositif, qui inclut un partenariat industriel dès l’année de Licence 2, est destiné à favoriser l’insertion professionnelle des jeunes. Il répond aux besoins en compétences des industriels et conduit à des métiers en R&D, développement et commercialisation.

L’action innovante

La licence et le Master TECSAN sont entièrement personnalisés en fonction du projet personnel de l’étudiant et du besoin de l’entreprise qui l’accompagne. Dispositif pilote, ce cursus « à la carte » répond aux enjeux et aux nouveaux savoir-faire du secteur de la santé, dans un environnement en constante évolution.

Le déroulement

Proposé en fin de première année commune aux études de santé (PACES), la filière TECSAN constitue, pour les étudiants sélectionnés, un cinquième choix d’orientation (en plus des filières médecine, pharmacie, dentaire et maïeutique) vers le secteur des entreprises de santé. Un comité pédagogique, constitué d’universitaires et d’industriels, est chargé de la sélection des étudiants sur dossier, puis lors d’un entretien oral.

Des couples étudiant/entreprise

« Chaque promotion est constituée de petits groupes de 10 étudiants » précise Philippe Barthelemy, professeur coordinateur du cursus Tecsan. Le choix du candidat pour l’entreprise se fait ensuite à l’occasion d’un « Job dating » : « Les étudiants et les entreprises se rencontrent à tour de rôle et listent, en fin de séance, leurs choix respectifs. Un jury composé de partenaires et des entreprises du secteur détermine ensuite chaque couple (étudiant + entreprise) en fonction des attentes personnelles des uns et des besoins professionnels des autres ».

Vers l’insertion professionnelle

Dès la licence 2, la formation est résolument professionnalisante : elle intègre des stages et un projet tutoré au niveau licence, puis une période de 2 ans en alternance entre l’université et l’entreprise pendant le master. Elle associe des enseignements scientifiques et technologiques d’excellence avec des enseignements professionnels (génie des procédés, gestion de projet, démarche qualité, cycle de vie du médicament…) qui permettent l’acquisition de savoir-faire transverses et d’une bonne connaissance de l’entreprise. Enfin, les étudiants conduisent un projet tutoré sous la direction d’un tuteur en entreprise et à l’université.Le Master est véritablement conçu à la carte. Il est constitué d’enseignements sélectionnés parmi les Masters « Sciences du Vivant » proposés par l’Université Bordeaux Segalen qui permettent d’amener l’étudiant vers des missions scientifiques et technologiques à haute valeur ajoutée selon les besoins de l’entreprise. « Le rythme est modulable. La progression s’adapte à la culture de chaque entreprise » précise Philippe Barthelemy.

Autre particularité non négligeable : les étudiants reçoivent un soutien financier de l’entreprise via l’octroi d’une bourse de 5000€ chaque année de Licence puis au travers d’un contrat d’apprentissage rémunéré durant le Master.

Résultats obtenus

« Le couple « entreprise + étudiant » répond ainsi au plus juste aux demandes des deux parties et génère à la fois une vraie motivation et un réel pragmatisme. Cette rencontre est essentielle et va déterminer tout le parcours TECSAN de l’un et de l’autre » explique Philippe Barthelemy. Pour les étudiants, TECSAN est la garantie d’obtenir un diplôme de très haut niveau. Ils acquièrent des connaissances et un savoir-faire à la fois scientifiques et techniques dans les technologies pour la santé, et directement opérationnels pour l’entreprise, autrement dit un véritable passeport pour l’emploi. Les débouchés sont très divers : recherche et développement, production ou commercialisation dans toutes les industries de santé.

Et si c’était à refaire ?

Le parcours serait peut-être à enrichir par une action des étudiants afin qu’ils deviennent plus acteurs du processus » estime Philippe Barthelemy.