Journées de l’Ingénierie Pharmaceutique de Strasbourg

 

  • Nom : Association du Master 2 Ingénierie Pharmaceutique de l’Université de Strasbourg (Master 2 I.P.)
  • Région : Alsace
  • Adresse : Faculté de Pharmacie – 74, route du Rhin – 67400 Illkirch
  • Action : « Journées de l’Ingénierie Pharmaceutique de Strasbourg »

 

En résumé

Les 17 et 18 septembre 2013, les étudiants du Master 2 Ingénierie Pharmaceutique de Strasbourg ont organisé les premières « Journées de l’Ingénierie Pharmaceutique de Strasbourg ». L’objectif était de permettre aux participants d’enrichir leurs connaissances sur les nouvelles technologies et de favoriser les contacts entre les étudiants et le milieu de l’industrie pharmaceutique.

L’action innovante

Pendant deux jours, des sociétés de l’industrie pharmaceutique, équipementiers et prestataires, sont venues présenter leurs nouvelles technologies à une assemblée composée d’étudiants du Master 2 I.P. et de pharmaciens industriels issus des promotions précédentes. Les présentations ont pris la forme de conférences et de démonstrations pratiques. La participation était libre et accessible à tous les étudiants en cours de formation dans les filières industrielles.

Déroulement

« L’originalité de ces Journées repose sur le fait que nous ne faisons pas appel à des laboratoires pour qu’ils viennent présenter leurs nouvelles technologies. Les présentations d’applications techniques sont entièrement assurées par des prestataires de service et des équipementiers, et elles sont choisies en fonction de leur caractère innovant et de l’intérêt professionnel qu’elles présentent» explique Donat Meyer, professeur associé du Master 2 I.P. « Ces intervenants industriels ont le savoir-faire, ce sont eux qui en mettent en application les nouvelles technologies. Et ils sont d’autant plus motivés à les présenter à nos étudiants que ceux-ci sont leurs futurs clients ! ». Pour la première édition, une trentaine de conférences et autant de démonstrations techniques étaient proposées aux participants. « Les journées se déroulaient autour de conférences ‘flash’ de 20 minutes environ, en français ou en anglais » précise Donat Meyer, « Elles avaient lieu dans 2 amphithéâtres différents pour permettre le choix des exposés et faciliter les échanges entre intervenants et auditeurs ».Si M. Meyer est à l’origine du projet et a beaucoup contribué à sa concrétisation, les étudiants du Master, constitués en association, en ont assuré toute l’organisation, tant au niveau de la communication (soutien à la création des supports, diffusion) qu’au niveau logistique (achat de matériel, mise en place des locaux à la Faculté, soutien technique aux orateurs, transport de certains intervenants).

Résultats obtenus

L’enjeu de ces rencontres est multiple : tout d’abord offrir un complément de formation aux étudiants. Pari réussi pour Odile Staebler, secrétaire de l’Association, qui note que : « Les conférences organisées ainsi que les démonstrations d’appareils réalisées par les intervenants étaient vraiment très intéressantes et ont contribué à développer les connaissances des participants ». Mais il s’agit surtout d’offrir la possibilité aux étudiants de nouer des contacts avec des industriels venus assister aux journées et via les prestataires et équipementiers présents. « A l’origine de ces Journées, un constat : à l’entrée du Master, les trois quarts des étudiants n’ont jamais eu de contacts avec le milieu industriel, et n’ont aucune idée de ce qu’ils vont y trouver ! » s’alarme Donat Meyer, « Résultat, leurs choix de carrière sont souvent très aléatoires et conduisent parfois à des situations d’échec ! ». L’équation est d’autant plus complexe pour les étudiants du Master de Strasbourg que le marché du travail revêt pour eux une dimension trinationale : « Dans un rayon de 100km, le sud de l’Allemagne et la Suisse comptent de nombreux laboratoires pharmaceutiques. C’est une chance, et le barrage de la langue n’est vraiment pas un problème. Par contre, ces pays sont très en avance sur nous pour ce qui concerne l’insertion de leurs étudiants dans le monde de l’industrie ! » insiste Donat Meyer. « Nous organisons ces journées en septembre car ce moment clé marque la fin de l’année de Master et le début pour nos étudiants de la recherche d’un emploi. Actuellement la prospection se fait presque exclusivement en France. Nous voulons les inciter à élargir leurs recherches à l’Allemagne et à la Suisse. Là-bas, les industriels ont des besoins qui ne sont pas couverts et nos étudiants sont leur solution ! ». Pour Odile Staebler, ces journées « permettent également de se rendre compte de la diversité des acteurs de l’industrie pharmaceutique (producteurs mais aussi équipementiers, fournisseurs, façonniers, sous-traitants, prestataires…) et de juger toute la diversité des métiers qui s’offrent aux pharmaciens diplômés. Cette manifestation a permis à l’Association de développer des liens avec les partenaires pharmaceutiques, d’en inclure des nouveaux dans notre boucle et de repérer ceux sur lesquels nous pourrons durablement nous appuyer ».
Si c’était à refaire
Pour cette première édition, Donat Meyer reconnait que « la fréquentation est restée assez limitée et que les intervenants étaient pour l’essentiel français ». « Nous n’avions pas de carnet d’adresse, hormis l’annuaire de la Faculté qui reste assez limité, et nous n’avons pas fait suffisamment de mailing ». « Pour la prochaine édition, nous devons développer notre notoriété et porter tous nos efforts sur la communication, afin d’attirer les industriels suisses et allemands ».
Si c’était à refaire
La prochaine édition des Journées de l’Ingénierie Pharmaceutique aura lieu les 7 et 8 septembre 2014. « Notre prochaine AG devrait permettre de renforcer l’équipe en intégrant des étudiants de la promotion 2013-2014 du Master d’Ingénierie Pharmaceutique ! » souligne Odile Staebler. En mars 2014, l’Association lancera son site internet, qui proposera, dans un premier temps des publications des étudiants et des industriels partenaires du Master. D’ici 5 ans, Donat Meyer espère « réunir une centaine d’intervenants avec de plus en plus d’industriels français, suisses et allemands grâce aux anciens du Master ». Avec autant d’opportunités d’embauche pour les étudiants !