Augmentation du numerus clausus pour les étudiants en médecine

Le nombre de places offertes en 2e année de médecine va augmenter à partir de la rentrée 2011-2012. Une hausse qui induira une meilleure répartition des médecins sur le territoire.

Xavier Bertrand, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé, Laurent Wauquiez, ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, et Nora Berra, secrétaire d’Etat chargée de la Santé, annoncent ce jour l’augmentation de 100 places du numerus clausus, qui passe ainsi à 7 500, et de 200 places réservées aux passerelles. Ainsi, ce sont donc 300 étudiants en médecine supplémentaires chaque année, à partir de la rentrée 2011-2012.

Le numerus clausus a été augmenté progressivement pour atteindre 7400 places en 2011, alors qu’il n’était que de 4300 places en 2001. Cette nouvelle augmentation maîtrisée permettra de mieux organiser l’implantation des médecins sur le territoire, sur la base de l’incitation, à horizon 2020.  L’effort spécifique réalisé sur les passerelles, qui passent ainsi de 300 à 500, va permettre à davantage d’étudiants d’accéder directement en 2e ou 3e année de médecine, enrichissant ainsi le profil universitaire de nos futurs médecins.

Les ministres indiquent que la répartition entre les facultés et les régions se fera en concertation avec les doyens et les syndicats d’internes, et qu’ils seront très attentifs à ce que cette hausse du numerus  clausus ne pénalise pas la qualité de la formation.

Les ministres rappellent que cette mesure, qui constitue une réponse logique et simple pour réguler la densité médicale, s’inscrit  dans une stratégie globale pour répondre aux défis de la démographie médicale.

De nombreuses mesures incitatives ont été prises depuis cinq ans pour faciliter et améliorer les conditions d’exercice des médecins :

  • Agir sur la filiarisation des internes en privilégiant les disciplines les plus déficitaires
  • Optimiser l’exercice libéral, en favorisant les stages dans le secteur libéral dès le deuxième cycle et pendant l’internat
  • Augmenter le nombre de maîtres de stages pour encadrer les étudiants : 3500 en novembre 2010 contre 5300 en novembre 2011 avec le projet d’atteindre 7000 dès 2012
  • Mise en place d’un programme de soutien aux nouvelles maisons médicales pluridisciplinaires, avec la création d’un statut juridique souple et adapté, 230 structures seront mises en place d’ici la fin de l’année
  • Les bourses pour les étudiants de médecine prêts à s’engager à exercer dans des zones rurales. Les contrats d’engagement de service public, introduits par la loi HPST se multiplient. Sur l’année scolaire 2010-2011, 146 étudiants se sont engagés à exercer dans une zone déficitaire en contrepartie du paiement d’une allocation pendant leurs études
  • Mise en place du cumul emploi-retraite, pour inciter les médecins retraités à poursuivre leur activité, en particulier dans les zones qui manquent de médecins. Avec cette mesure, ce sont plus de 5100 médecins qui sont demeurés en activité en 2011, contre 3800 en 2010 et 1500 en 2008
  • Simplifier des formalités administratives pour dégager du temps médical
  • Signature de la convention médicale le 21 juillet 2011 qui comprend deux options conventionnelles destinées à mieux répondre aux déficits de soins médicaux dans les zones déficitaires. L’avenant 20, avait déjà permis l’installation de 773 médecins en zones déficitaires.

Source : Communiqué conjoint du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé et du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche-13/12/2011